Le froid de Cannes…

DSCF0373

La lumière blafarde et quelques celsius déprime au point où la chaufferette symbolise le bonheur, l’amarre le havre et un roupillon le « off » de la journée.  Cannes sans glamour.

Le lendemain réchauffe et pousse à l’exploration des signes ostentatoires de richesse !!!!

DSCF0400Cannes déçoit comme Paris. Les aborigènes regardent sans voir l’autre. Ah… la France « profonde » me manque! J’apprends mes besoins en chaleur « celsiuse » et verbale. Être québécois en campagne Française au bord de l’eau… c’est être blanc à Cuba, Poulette dans un bar, retraité en Thailande. On s’habitue d’être différent… puis la différence s’efface quand les touristes t’engloutissent.

Leave a Reply

Your email address will not be published.